Our Recent Posts

Archive

Tags

Enfants + confinement : au secours, je suis parent !

Pas évident en ce moment d'avoir nos chères têtes blondes H 24 à la maison. Car en plus des devoirs, des repas, du linge, du télétravail, etc, ils nous demandent d'être à leur disposition à tout moment. Nous n'avons plus la possibilité de nous échapper à notre responsabilité, en allant travailler ou en les envoyant à l'école. Mais alors comment faire pour que tout se passe au mieux ?




1 ) Donner des explications :


Tout d'abord, il va s'agir de prendre le temps d'expliquer la situation à nos enfants, si cela n'est pas déjà fait. En fonction de leur âge, adaptez votre discours et délivrez plus ou moins d'information sur le contexte actuel. Par exemple, pour un enfant de 5 ans, restez simple mais vrai et attendez les questions que votre enfant pourrait avoir. L'idée est de ne pas devancer ce qu'il peut avoir besoin de savoir et être en mesure de gérer psychiquement. Pour un adolescent, vous pouvez entrer un peu plus dans la réalité de ce que nous vivons, ce sont des adultes en devenir et ils peuvent prendre conscience de ce qui se passe, afin de pouvoir vous seconder dans des tâches diverses.


Pourquoi est-ce important ? Car les enfants sont des êtres sensibles qui ressentent rapidement les émotions des personnes qui les entourent et encore plus de leurs parents, avec lesquels il y a un attachement particulier. Ne rien leur dire, peut contribuer à générer de l'anxiété ou un sentiment d'insécurité chez eux, surtout s'ils sentent que quelque chose ne va pas et que nous leur disons le contraire. Comment pourront-ils ensuite faire confiance en leurs propres ressentis, si nous ne leur disons pas la vérité ?





2 ) Responsabiliser vos enfants :


C'est en effet l'occasion d'amener vos enfants à prendre leurs responsabilités, plus qu'à l'accoutumée. Vous pouvez leur demander de participer aux tâches domestiques, en fonction de leur âge et leur demander de faire leur lit, de se laver ou autre, avec plus d'autonomie. Être une famille passe en effet par la prise de conscience que chacun peut à son niveau, aider l'autre. La solidarité (familiale) est une valeur importante à transmettre à nos enfants. De plus, cela peut générer une certaine satisfaction chez les plus petits, qui ne demandent qu'à acquérir plus d'autonomie et qui sont toujours partant pour apprendre de nouvelles choses.


Pour les ados, cela peut être plus complexe, car ils ont souvent tendance à être dans la contradiction, ou à vouloir n'en faire qu'à leur tête. Mais là encore, appuyez vous sur le contexte inhabituel que nous vivons et dont ils font partis. Ils sont les adultes de demain et ils ont un rôle certain à jouer. Valorisez ce que vous leur demandez de faire, soulignez que cela leur permettra dans quelques années de pouvoir gérer eux-mêmes leur lieu de vie, leurs repas... Tentez de les fédérez à ce qui se joue pour l'ensemble de la planète en ce moment-même.


Être responsable, signifie synthétiquement « assumer les conséquences de ses actes ». C'est ainsi que nous pouvons vraiment être pleinement responsable de notre vie. Si les règles et les limites posées ne sont pas respectées, vous pouvez appliquer une sanction, révélant ainsi les conséquences. Vous n'avez pas besoin d'être sévère, mais simplement de marquer le coup (par exemple, déduire une heure de jeu vidéo de la journée).


Concernant les devoirs à la maison, si votre enfant tire en arrière pour les faire et que vous avez l'impression de ne pas vous en sortir, vous pouvez lui expliquer qu'il devra assumer les conséquences lorsqu'il retournera en cours (mauvaises notes, redoublement, difficultés à suivre les cours l'an prochain...). Là encore, c'est un réel apprentissage qui leur permettra à long terme d'être des personnes qui prennent leurs responsabilités et qui ainsi, ne blâment pas l'extérieur ou l'entourage, pour tout ce qui ne fonctionne pas dans leur vie.





3 ) Fixer des limites :


Poser des limites, c'est avant tout poser un cadre, qui de par sa mise en place, sécurise et aide l'enfant à se structurer psychiquement. Ce n'est pas parce que nous vivons tous sous le même toit, que nous ne devons plus avoir notre propre espace. Pour cela, fixez des limites claires à vos enfants, comme par exemple, en leur demandant de ne pas envahir le salon avec leurs jouets ou encore de vous donner une heure de calme lorsque vous en ressentez le besoin.


Pour cela, vous pouvez utiliser la communication non violente, que je préfère appeler communication bienveillante (voir l'article qui y est consacré, intitulé : Cessez d'être gentil, soyez vrai »). En précisant vos ressentis et vos besoins à vos enfants, la demande que vous ferez aura beaucoup plus de chance d'être entendue et ils pourront en outre, apprendre à faire de même.


La question des limites doit se faire également en ce qui concerne l'utilisation des écrans, dans leur globalité : smartphone, tablette, jeux vidéos... Tous ces artifices que les petits et les jeunes affectionnent particulièrement doivent être réellement et concrètement limités, (deux heures par jour constituant un temps suffisant). Pourquoi ?


Tout simplement car diverses études ont démontré que l'utilisation abusive des écrans, conduisait à plusieurs problématiques dramatiques pour nos enfants : difficultés de concentration, agressivité, altération de la vie psychique (notre cerveau ne sait plus distinguer le virtuel du réel), baisse du quotient intellectuel, désocialisation, perte des capacités créatives, perte de l'imagination, intolérance à la frustration, … En bref, une forme de décadence et d'addiction contre lesquelles vous pouvez lutter et aider vos enfants à ne pas sombrer. Cela peut signifier d'utiliser vous-même, moins d'écrans, afin de leur donner le bon exemple.


La priorité est que vous parents, puissiez tenir debout, être de réels piliers pour vos enfants, ce qui nécessite de penser d'abord à vous-même. Vos enfants peuvent et doivent s'adapter à vous et non le contraire.






4 ) Prendre le temps de s'écouter et d'échanger tous ensemble :


Vous pouvez, dans le même ordre d'idées, fixer des jours ou heures, pendant lesquels vous prendrez vraiment le temps pour échanger, vous écouter les uns les autres, faire le point sur la situation, et répondre aux éventuelles questions. Cela peut aussi se faire naturellement, au besoin, mais veillez à ne pas vous sentir envahit par trop de sollicitations. En effet, ce que nous vivons actuellement est extrêmement "énergétivore" psychiquement : malgré nous, nous sommes confrontés à un événement inédit, dont nous ne maîtrisons pas les conséquences.


Pourquoi ne pas, également, vous accorder des moments de qualité, en réalisant tous ensemble des activités récréatives ? Cela vous permettra d'apprendre à mieux connaître vos enfants et ce sera l'occasion de leur transmettre votre savoir : cuisiner, chanter, peindre, apprendre à compter au travers de jeux de société... Les idées ne manquent pas et on en trouve beaucoup sur internet si vous êtes en panne d'inspiration.


L'idée n'est pas de combler le temps, mais bien de le rendre plus agréable et de qualité : mieux vaut passer une heure à partager réellement une activité ensemble, que de se parler 40 fois par jour sans avoir réellement quoi que ce soit à se dire. N'oublions pas également que l'ennui est une » activité » essentielle à chacun, car le fait de s'ennuyer permet de développer sa créativité, d'être dans l'introspection, à l'écoute de soi et de ses ressentis, ce qui en ce moment est crucial pour tout à chacun.







Il est vraiment important pour nous de profiter de ce temps qui semble suspendu, pour tisser des liens encore plus forts avec nos enfants, pour développer la complicité, leur confiance en eux, leur autonomie,etc. Le confinement est le bon moment pour aider votre enfant à bien grandir et à pouvoir dans les années à venir, vivre dans cette société complexe. Veillez tout de même à ne pas trop vous en demander, il s'agit d'abord de prendre soin de vous, pour pouvoir prendre soin d'eux au mieux. Pour cela, vous pouvez relire l'article intitulé « Comment vivre au mieux le confinement ».


Si des questions vous viennent, que vous souhaitez des précisions ou autre, vous pouvez commenter cet article ou m'écrire sur mon mail : marjolaine.thomas777@gmail.com .


Prenez soin de vous,



Marjolaine THOMAS




 

06 84 50 53 39

©2018 by Marjolaine Thomas.Tous droits réservés.
N° SIRET : 798087441 / N° ADELI : 359313863

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now